*Ma puce, ma pute, mon pote et moi*

_CLAUDE SPEED_

(0022898507779)

Chapitre II

Je me demandais comment faire pour remporter ce pari pour ne pas perdre la face devant les potes.... et il faut le dire l'idée de conquérir cette Sandra est plus que motivante...
J'ai donc pris la décision de ne plus m'afficher avec mes amis au bar à partir de ce jour.
Je m'arrangeais pour venir seul et aux mêmes heures de la journée. J'occupais toujours la même table si elle n'est pas déjà prise, pour la simple raison qu'elle faisait face au comptoir de Sandra ainsi je suis constamment dans son champ de vision. Et à chaque fois qu'elle levait le nez de son iPhone nos yeux se croisaient. Au début elle soutenait mon regard se demandant sans doute ce que je lui voulais et finissait par détourner la tête dans un soupir. Ce manège avait durer un certain temps. Puis un jour, quelqu'un ayant déjà occupé ma place habituelle, j'étais contrains d'aller m'installer à une autre table.
Cette situation je l'espérait secrètement. Je sais qu'inconsciemment, elle lèvera la tête comme d'habitude et regardera la table où je suis souvent s'attendant à me voir, mais comme ce sera un inconnu qu'elle verra, détourneras la tête me chercheras instinctivement du regard dans la salle... Et bingo, que vous me croyez où non, c'est ce qui arriva....
Je soutins son regard, mais elle baissa vite la tête...je jubilai intérieurement... La prochaine fois que nos yeux se croisèrent je lui fis un petit sourire... elle détourna vivement le regard en marmonnant quelque chose entre ses lèvres...
D'une traite je finis mon verre et tout droit je me dirigeai vers elle. Je la vis frémir quand elle se rendit compte que je venais vers elle.
- Salut! Fis-je avec un sourire chaleureux
- Salut
- C'est pour l'addition, continuai-je en glissant mon billet sur le comptoir
-Ah ok! Fit-elle avec des mouvements un peu saccadés, visiblement désemparée par mon attitude..
Comprenez-la, normalement je devrais appelé une serveuse pour ça, c'est comme ça que ça marche, mais en voyant venir directement à elle cet homme un peu mystérieux qui n'a de cesse de la dévisager, la troublait profondément... Et moi je triomphais intérieurement de la voir si gauche. C'est bien la preuve que je ne laissais pas indifférente. Mon but était d'abord de me faire remarquer d'elle et ensuite de susciter des émotions en elle... mission accomplie.
- Vous avez de magnifiques boucles d'oreilles...
- Merci !
- Tu aimes bien ce genre de boucles d'oreilles on dirait
- Heu... pardon!?
- Arrêtez-moi si je me trompe d'accord, mais elles sont faites dans le même moules que celles que tu portais la semaine dernière, à part la couleur...
- Euuuuh oui fit-elle abasourdie de ma perspicacité...
- Je suis un profane en cosmétique, mais je trouve que leur couleur sont très bien assorti au bleu azur de votre robe, vous êtes une femme de goût...
- Ah bon fit-elle avec un petit sourire, au faite j'ai une collection de ses boucles d'oreilles... c'est un cadeau de ma mère, dit-elle en me tendant ma monnaie.
- Ah oui? J'imagine donc l'aquarelle de couleurs dans ta boîte à bijoux... un vrai trésor aux couleurs arc-en-ciel... fis-je en prenant ce qu'elle me tendait.
-Merci bien !
-Kenneth! Fis-je en lui tendant la main avec sourire.
-Sandra ! Répondit-elle en me souriant en retour. Et galamant je lui fis un baise-main. Elle eut instinctivement un petit recul et je me suis dis qu'elle n'y est peut-être pas habituée.
-Passes une agréable journée Sandra lui dis-je en m'éclipsant sous le regard interloqué des quelques clients présents dans la salle et laissant en proie à des sentiments contradictoires.

Je m'abstîns volontairement d'y retourner les deux prochains jours.
Le troisième jour, je me mis sur mon trente-et-un et je débarquai ( rassurez-vous je n'ai mis rien d'extravaguant, juste une chemise manches longues et un pantalon taillé sur mesure, un truc simple mais élégant...)
La salle était vide à l'exception de Sandra et des serveuses à part qui causaient entre elles... Je me dirigeai droit vers Sandra qui comme à l'accoutumée avait le regard arrimé à son portable.
-Bonjour Sandra, fis-je tout de go comme on saluerait une vieille connaissance.
-Ah salut Kenneth fit-elle souriante en me reconnaissant, comment vas-tu ?
-Comme une fleur qui éclos sous le soleil doré de votre sourire...
-Wow!!? Fit-elle très surprise
-Quoi? Demandai-je avec un sourire tout candide.
-Serais-tu poète ?
-Quel homme ne le serait pas en voyant ce que je vois ?
-Et que vois-tu Kenneth ? Fit-elle salace
-Une déesse ! Une déesse et qui de surcroît me fait l'honneur de son divin sourire, c'est assez suffisant pour inspirer même au plus abruti des hommes des vers dignes de Verlaine !
-Arrêtes de me flatter s'il te plaît dit-elle un peu gêné, mais les petites lucioles qui brillaient dans ses yeux me prouvèrent que mes mots avaient fait mouche.
-Alors dis-moi, que puis-je te servir ?
-une bouteille de vin blanc si ma déesse veut bien m'accompagner...
-Ah désolée Kenneth mais je ne prend pas de l'alcool
-Ok pas de soucis, sers toi ce que tu aimes et rejoins moi à table s'il te plait.
-Ok ! Fit-elle après un petit moment d'hésitation, j'ai pas l'habitude de boire avec un inconnu mais...
-Mais...
-Allons-y murmura t-elle en prenant une bouteille de soda.
Arrivé à table, je lui tîns la chaise afin qu'elle s'asseye et c'est seulement après que je me mis à table. Je lui ouvris sa bouteille et ensuite la mienne... pendant ce temps, elle me fixait silencieusement, conscient du regard posé sur moi, je relevai la tête :
-Quoi? Fis-je innocemment
-Puis-je te poser une question ?
-Vas-y je t'en prie
-Je ne te vois plus ici avec tes amis, pourquoi ?
-Pour rien fis-je un peu inquiet, me demandant si l'un d'entre eux par mégarde avait vendu la mèche.
-Vous-êtes vous disputés ?
-Que nenni fis-je de plus en plus inquiet.
-Tu me permets d'être franche avec toi?
-Mais bien-sûr Sandra
-Tu semble être quelqu'un de bien Kenneth pourquoi traines-tu avec eux? Dernièrement l'un d'entre eux complètement ivre avait vomi sur mon plancher et les autres se moquaient de lui, ensuite ils sont partis le laissant seul ici. Sans l'aide d'une des serveuses qui le connaissait bien je ne saurai quoi faire. On a dù lui payer un taxi pour qu'il rentre chez lui...
Ouf c'était ça ! Soupirai-je intérieurement. Franchement ça ne m'etonnais pas car je savais qu'ils en étaient capables, au fait on s'appelle potes mais on l'étaient plus dans la beuverie qu'en d'autres choses. Et c'est comme ça que je les ai connus y a quelques mois
-Je sais que ceux sont tes potes continua Sandra voyant que je ne disais rien, mais il y a des fréquentations qui n'en valent pas la peine. Depuis je te vois seul ici je me suis poser beaucoup de questions, mais franchement ça me plaît de te voir loin d'eux, fais toi la faveur de les éviter Kenneth s'il te plaît.
Je continuais à la fixer silencieusement pendant ce temps et elle finit par se taire.
-Pourquoi tu ne dis mot et tu me regardes comme ça ? Repris t-elle après un instant. Excuses moi de me mêler de ce qui ne me regarde pas, et si je t'ai offenser...
-Sandra ! C'est la première fois que je rencontre quelqu'un qui m'est quasiment inconnu se préoccuper de moi. Excuses moi si mon silence t'a gêné, j'étais ému... merci beaucoup Sandra, j'ai bien pris acte.
-Ok répondit-elle. Dis, reprit-elle après un bref moment, tu fais quoi dans la vie ?
-Rien! Lâchai-je laconiquement.
-Comment ça rien ? Fit-elle étonnée
-Au fait je suis étudiant, mais il y a un moment que je ne vais plus au cours, pfffffffff ma vie en ce moment et excuses moi d'avance le terme, ma vie est un beau foutoir...
-Dis moi tu veux faire quoi dans la vie maintenant ? T'as des objectifs ?je veux dire
-J'en sais rien Sandra... mais pour commencer je crois que j'aurais vraiment besoin de gens comme toi...
-Comme moi?
-Oui Sandra, écoutes je veux pas charrier mais la simple discussion que je viens d'avoir avec toi, quelqu'un que je ne connais pas mais qui s'intéresse à moi me fait un drôle d'effet, en fait tu m'ouvres un peu les yeux, je crois que j'ai besoin d'avoir des gens qui aient une bonne influence sur moi, tu vois ?
-T'as de frères ? Une famille quoi?
-Je suis l'enfant unique de mes parents..
-Je vois...
-Tu vois quoi ?
-Rien laisse tomber
-Et toi ta de la famille ?
-oui j'ai un petit frère et une grande sœur... Tu ne bois pas demanda t-elle se rendant soudainement compte qu'on n'avait pas touché à nos verres.
-Ah !? Fis-je me rendant aussi compte de ma flûte à moitié pleine. Alors trinquons à notre rencontre, fis-je en levant mon verre.
-Santé fit-elle simplement.
-Sandra, repris-je après avoir poser mon verre, je peux te poser une question ?
-Oui
-T'as un petit ami?
Elle sursauta comme si une guêpe l'avait piquée.
-Non, finit-elle par dire
-Excuse-moi j'ai manqué de tact
-Ça ne fait rien.... Et toi?
-Non plus...
Elle me regarda du coin de l'oeil...
-Tu ne me crois pas c'est ça?
-Du tout!
-Ça alors, fis-je et pourquoi ?
-T'as tout l'air d'un Don Juan, et les gens comme toi.... ils ne sont jamais seuls..
-Oh je me sens offenser là! Fis-je avec un sourire faussement offusqué. Donc tu me trouve les airs d'un Don Quichotte?
-Si si
-Si c'est vrai, alors là t'as devant toi, l'exception à cette règle.
-Hum!
-Et toi dis-moi, les filles comme toi, sont censées être seules ? Tu as déjà sûrement des tas de soupirants... comme moi...
-Comment ça comme toi?
-Tu me plais Sandra...
-Ah bon !? Fit-elle en me regardant droit dans les yeux ? Et Mr Don Quichotte peut me dire ce qui l'attire chez moi ? Mes formes peut-être ? Continua t-elle mi-figue, mi-raisin.
-C'est mentir si je dis non... T'as des formes venusiennes, dignes d'une hétaïre grecque, mais à part ça de la personnalité et de la vertu, quelque chose entre Beyoncé et Mère Thérèse...
-Sans blague!? fit-elle avec un sourire incrédule.
-Sans blague, depuis que je fréquente ici, j'ai jamais vu un homme t'approcher. T'es belle, une beauté qui impose le respect, et j'ai vu comment t'avais rabrouer mon ami la dernière fois.
-Ah lui, il était trop vulgaire, et j'ai cela en horreur.
-Tu vois que tu me donnes raison ? T'es pas juste une demoiselle avec un corps sublime mais t'as en plus la tête sur les épaules, et de l'âme, sinon tu n'aurais même pas pris la peine de me donner ces conseils.... t'es aussi belle à l'intérieur qu'à l'extérieur, en fait c'est ce qui fait ta particularité, on dirait que tu irradies de l'intérieur, et ça a déteint sur moi Sandra.
-Ecoutes Kenneth, j'ai déjà eu un mec, mais ça n'a pas marché, et l'impression qu'il m'a laissé, est loin d'être bonne... je ne veux plus jamais avoir à souffrir d'un homme...
-Je vois, mais Sandra, fis-je en lui prenant les mains, la vie a du bon et du mauvais, crois moi, j'en sais quelque chose. Il fut un temps où tout ce que je voulais je l'obtenais, mais depuis un certain temps, les choses ont changées, je sais ce que c'est que de perdre goût au bonheur, c'est aussi parce qu'elle est parfois amère que la vie a du goût Sandra... Dis moi jusqu'à quand vas tu payer pour ses erreurs à lui? Arrêtes de t'auto-flageller, je parie qu'il mène sa vie de son côté, insouciant, heureux avec une autre... tu ne mérites pas de te torturer, ouvres les yeux et ton cœur, parfois le bonheur n'est pas loin, mais juste sous nos yeux, et il se pourrait que ce soit sa voix qui te parle en ce moment même. Je ne dis pas que je suis un homme parfait capable de ne pas te blesser mais je suis prêt à apprendre et à m'améliorer avec toi et peu importe si dois payer pour les pots cassés d'un autre, il n'est pas parfait non plus, mais je m'évertuerai à effacer son ardoise et réanimer les braises mourantes d'un coeur sous les cendres de la déception, Sandra regarde moi dans les yeux et dis moi que je ne te sciers pas s'il te plaît
-Ce n'est pas ça Kenneth murmura t-elle en baissant les yeux. Alors je lui mis la main sous le menton et lui relevai doucement la tête.
-Laisse nous essayer Sandra, accorde-moi le bénéfice du doute s'il te plait..
-LAISSE moi y réfléchir Ok ? S'il te plaît
-Ok Sandra
-Excuse-moi Kenneth j'ai un peu mal au crâne, je vais aller m'allonger un peu...
Et bien avant qu'elle n'esquisse un geste, j'étais déjà en train de lui tirer la chaise. Elle se retourna, et me regarda dans les yeux, les lèvres entr'ouvertes, on resta un moment ainsi et je luttais de toutes mes forces pour ne pas l'embrasser... je sentais même le souffle de sa respiration sur mon visage...
-Tu es quelqu'un de bien Kenneth, n'oublies pas ce que je t'ai dis à propos de tes amis ok?
-Compris et toi n'oublie pas de prendre un calmant ok? Promis ?
-Promis...
-Au fait pourrais-je avoir ton numéro ? Lui dis-je en lui tendant mon portable... Elle le pris, enregistra son numéro et me le remis... À l'instant fit-elle en s'éloignant dans un déhanchement qui ferait jouir un nonagénaire...
Demeure seul, je vidai mon verre, et dans ma tête j'essaya de faire le point. J'avais relevé le défi d'un ami qui consistait à coucher avec Sandra mais plus que ça il s'agissait pour moi de leur prouver à tous ma virilité, c'est stupide, on le sait mes dames mais les hommes c'est ça... l'égo et le désir d'être admirer, aussi bizarre que cela puisse vous paraître, c'est en partie ce qui avait favoriser la survie de l'espèce humaine depuis le fond des âges, c'est le désir d'être grand et d'être admirer par les femmes que nos aïeux bravèrent les dangers de la chasse pour rapporter du gibier à la maison et nourrir sa famille... et croyez-moi chères dames cet instinct n'a pas disparu... Mais dans mon cas d'espèce, c'est pour ça que j'ai relevé le pari, mais là j'ai un autre problème, c'est qu'à part que Sandra me plaise bien, je suis...... en train.... de... tomber... amoureux d'elle et cela risque de me compromettre devant mes amis... mais pour cela il faudrait d'abord que Sandra m'accepte... et j'ai l'impression que j'ai mes chances avec elle...
Je restai pensif un moment sans me rendre compte que la salle se remplissait petit à petit... Je me servis encore une large rasade de vin et me levai, je régla ma note et je rentrai chez moi avec ma bouteille.....
(À suivre)