*Ma puce ma pute mon pote et moi*

_Claude Speed_

Chapitre IV

Droit devant nous à une trentaine de mètres une enseigne lumineuse fait en néon annonçait le " _Méduse nightclub_"
-Drôle de nom releva Rex en riant, j'espère qu'on y rencontre pas la vraie, je n'ai aucune envie de finir en statue...
L'ambiance était feutrée à l'intérieur avec des lumières tamisées. La sono distillait une musique classique de Julio Iglesias à Mireille Matthieu en passant par Francis Cabrel... Tout pour faire bâiller d'ennui un féru de musique d'ambiance, mais pas de jeunes passionnés de romance comme nous.
Nous prîmes place à une table et passèrent commande. En attendant notre Moët&Chandon je jetai un regard circulaire autour de moi, aux tables des jeunes d'un certain âge habillés qui en décontracté, qui élégamment semblait savourer à sa juste valeur l'ambiance. De jeunes amoureux s'embrassaient à bouche que-veux-tu? D'autres assis en groupe discutaient un peu bruyamment et d'autres encore se frottaient les uns contre les autres sur la piste de danse au gré du slow.
-On dirait bien une soirée classique dit Rex
-Oui ça en a tout l'air je lui répond
-Il en a de la chance dit encore Rex en montrant du regard un jeune homme qui tenait dans ses bras une splendide métisse aux longs cheveux qui lui cascadaient jusqu'aux reins. Elle était élancée avec un corps menu, son visage allongé, son nez aquilin, et ses traits fins rappelaient son ascendance occidentale. Mais ses lèvres charnues et ses hanches larges aux reins orgueilleusement cambrés n'ont rien à envier à ceux d'une africaine pur-sang. Et cette sirène oscillait doucement sur la musique accrochée au cou d'un homme assez élégant qui nous fusillait du regard, on était absorbé à contempler sa partenaire qu'on ne s'en rendit pas compte tout de suite.
-Le veinard... soupira Rex en ouvrant la bouteille que la serveuse avait entre-temps laissé dans un petit sceau sur notre table.
-Santé fis-je en levant mon verre
-A notre amitié mec répondit-il en échos.
-Raconte un peu, côté sentimental comment te portes-tu? Lui demandai-je
-Bah assez mal, tu sais... depuis Suzy... je n'ai eu que des aventures sans lendemains...
-Excuse-moi mec je croyais que de l'autre côté t'avais eu à rencontrer une bonne fée...
-Si! J'ai fais la connaissance d'une fille là-bas mais... ça n'a pas marché...
Je voulais lui répondre mais depuis un moment je me sentais mal à l'aise, comme si quelqu'un m'épiait, je levai le front et balayai des yeux la salle...
Un regard insistant m'accrocha tout de suite. Ce regard brûlant aux yeux clairs appartenait à une fille aux cheveux courts au front un peu haut, son nez busqué et son menton volontaire lui donnait un regard franc. Elle se pinça la lèvre inférieure et me sourit, je baissai les yeux un peu gêné par ce regard direct et sans équivoque... j'eus le temps de remarquer les jolies fossettes de ses joues... elle était très belle, c'est le genre de fille consciente de son charme et qui ne s'en privait pas pour obtenir ce qu'elle désirait.
-On dirait que t'as vu un fantôme, ou plutôt la fameuse méduse des lieux ironisa Rex en constatant mon air gêné. Pourquoi cette tête?
Je relevai le front et regardai encore en direction de la belle inconnue et cette fois Rex suivi mon regard.
-Wow mon vieux, elle est canon! Siffla t-il admiratif. En plus on dirait qu'elle est en chasse....
-Je ne pourrais pas me laisser dévorer ironisai-je en reconnaissant la plantureuse silhouette de Sandra près de l'allumeuse inconnue.
-Et pourquoi donc? Demanda Rex tout surpris
-Tu vois la fille assise de profil à côté de notre chasseresse?... Elle est ma proie! Répondis-je avec un sourire carnassier
-Bonté divine! Fit Rex en contemplant Sandra. Tu as déjà conclu avec elle ?
-Non pas encore, mais ça ne saurait tarder...
-T'as intérêt à vite le faire, une nana comme ça crois moi ça chôme pas côtés soupirants.
L'inconnue était assise à côté de Sandra en compagnie d'une autre fille un peu plus âgée et d'un homme entre deux âges. À voir l'air de ressemblance entre Sandra et l'autre fille, je gage dur que c'était sa grande sœur et la belle inconnue devrait être une amie, seul reste à déterminer le rôle de l'unique mâle du groupe.
Je sortis mon portable et me mis à écrire un message :

" _Impératrice_,
_Telle une fleur de lys_
_Sur de royales armoiries_,
_Ce logis, tu irradies_
_de ta sérénissime présence._
_Ton regard, daigne tourner_
_Vers les réverbères à ta droite_
_Juste après l'entrée_
_A l'angle sud de la boîte_
_Et reconnais qui te fait la révérence._"

Je relis le message et lui envoyai tout en prians pour que son portable ne soit pas éteint. Je vis avec soulagement scintillé l'écran d'un portable à leur table et la main de Sandra qui s'en emparait.
Je la vis lire avidement le message et ensuite me chercha du regard. Je me mis instantanément debout sous les yeux surpris de Rex qui ne comprenait pas trop ce qui se jouait et je m'inclinai légèrement vers la table de Sandra en faisant le signe de révérence. Elle pouffa de rire et vint se jeté à mon cou.
-Tu es fou murmura t-elle en se dégageant un instant plus tard de notre étreinte passionnée
-Oui je l'avoue... Comment tu vas ?
-Bien et toi?
-ÇA va, et ta migraine ?
-ÇA va mieux merci. Fit-elle en regardant Rex
-Je te présente Rex, Rex Sandra
Celui-ci se mit debout et baisa la main que lui tendait Sandra
-Très ravi de faire votre connaissance enchaîna t-il
-C'est un plaisir partagé Rex. Dis Sandra
-Rex est mon ami d'enfance, on se connais depuis toujours, nous sommes comme des frères expliquai-je à Sandra. Prend place s'il te plaît, joins toi à nous fis-je à son intention.
Elle parut hésité un instant.
-Je suis venu avec des gens je ne peux pas.
-Si, tu peux! Fit une voix légèrement chantante, je me retournai d'un quart pour me retrouver presque nez à nez avec l'inconnue aux fossettes. Elle se planta devant moi la main sur la hanche dans une pose aguichante, un sourire incroyablement salace accroché aux lèvres. Sandra parut autant surprise que moi.
-Qu'est-ce que tu raconte ? Arriva t-elle à articuler.
-Ta soeur désire rentrer et son mec est d'avis, moi j'ai bien l'intention de m'amuser ce soir... elle sursurra la dernière phrase en me lançant une oeillade torride qui me mis mal à l'aise.
Sandra la pris par le bras et l'entraîna avec elle.
-Excusez-moi nous lança t-elle.
À leur table il y eu un conciliabule et plusieurs fois je surpris le regard de l'homme qui nous dévisagea sans ménagement. Finalement il se leva et vint vers nous. Sandra et son amie étaient derrière lui.
-Salut les gars.
-Bonsoir
-On ne se connais pas bien-sûr et excusez-moi de faire ainsi intrusion a votre table, vous voyez ces demoiselles?
-Oui fis-je
-Elles me sont très chères vous me comprenez?
-Où voulez-vous en venir monsieur fit Rex un peu agacé.
-Voilà, je rentre avec leur soeur, et il paraît que vous connaissez Sandra. Comme elles veulent pas rentrer tout de suite je vous les confies vu qu'elles vous font confiance. J'espère que vous serez cool avec elles.
-D'accord, je dis en le regardant dans les yeux. Il soutînt mon regard et on se scruta ainsi pendant un certain moment.
-Tonton c'est bon fit Sandra.
-Et nous sommes pas des enfants. Renchérit son amie visiblement très agacée.
-Soyez tranquille, on veillera sur elles assura Rex
-Ok! Fit-il laconiquement en nous tournant le dos. Excellente suite de soirée.
-Veuillez m'excuser, c'est le mari de ma grande sœur et il est très protecteur bredouilla Sandra après le départ de l'homme et qu'elles aient pris place.
-C'est normal, je le comprend. Fis-je pour la rassurer.
_Alors vous prenez quoi les filles ? Demanda Rex tout de go
-Du XO Lagrange fanfarona la fille aux joues creuses.
-Marlène!!!!!! Cria presque Sandra.
-Bah quoi? Répondit-elle un peu étonnée
-On vient tout juste d'en prendre soutînt Sandra
-Et alors ? Je me sens un peu fofolle ce soir et puis on est très bien accompagnée... elle rapprocha sa tête de l'oreille de Sandra et dis d'une voix qui se voulais discrète, regarde comme ils sont mignons, ce serait un crime de ne pas en profiter....
Si Sandra avait été de la race blanche elle aurait rougit, mais cette gêne ne s'est lu que dans ses prunelles devenues troubles car elle savait qu'on avait entendu son amie... Elle eut un sourire gêné et bredouilla :
-Excusez mon amie elle a un peu bu....
-Tu ne nous présente pas ta charmante amie ? Fit Rex en souriant.
-Oh désolée, elle c'est Marlène, et comme vous l'avez sûrement constater elle et moi on est très proche, une amitié de longue date... Marlène voici Kenneth et son ami Rex...
-Ah !!!! J'aurais dû m'en douter.... Voici enfin le fameux Kenneth, fit Marlène tout sourire... enchantée de faire ta connaissance....
-Moi aussi fis-je
Rex fit signe et la même serveuse nous apporta le saint-graal que réclamait Marlène.
-Dis Sandra comment vous êtes vous connus Marlène et toi? Demandai-je
Ce fut Marlène qui me répondit
-C'était au collège, et en fait fit-elle avec une moue en regardant Sandra, on n'était pas amies au début, au contraire, nous étions rivales d'un garçon, mais lui ne nous regardait même pas, et il préférait la fille du directeur, et c'est un peu notre jalousie commune de cette dernière qui nous avait rapprochées et on ne s'est plus quittées depuis...
-Solidarité féminine... soupira Rex ironiquement tout en remplissant les quatres flûtes de la table. Je voulus l'empêcher de remplir celle de Sandra car je me suis souvenu qu'elle prenait pas d'alcool et vu qu'elle disait qu'elle en avait prise à l'autre table... mais trop tard, sa flûte était déjà pleine et elle la regardait comme si c'était toute la mer qu'on lui présentait à boire.... Elle leva les yeux et surpris mon regard et me fit un sourire un peu forcé.
La musique avait entre-temps variée, là c'est du zouk fait sur des reprises de chansons de slow français qui passait. Je sautai sur l'occasion pour arracher Sandra à sa mélancolique contemplation en lui demandant de m'accorder une danse. Elle hésita un moment mais le petit coup de coude amical de Marlène la poussa à se lever.
Je l'entraînai sur la piste et mis mes mains sur ses hanches... Elles étaient encore plus souples que je ne l'imaginais... Elle mis ses bras autour de mon cou et doucement on oscillait... je cherchais son regard mais elle me fuyait... Je résolu de briser la glace en l'attirant contre moi. Sa tiédeur corporelle et le doux parfum qui l'enveloppait m'enivra d'un coup.
-Detends-toi Sandra lui murmurai-je à l'oreille, laisse toi aller et suis mes mouvements... Elle dégagea un peu son cou et me regarda, je lui souris tendrement, elle y répondit et on resta un moment comme ça à se regarder dans les yeux.
Peu à peu un courant s'établit entre nous. Sandra se pressait de plus en plus contre moi et ce n'était pas pour me déplaire.
-Tu es splendide Sandra lui murmurai-je à l'oreille. Elle releva le front et je vis des yeux troubles et des lèvres entrouvertes qui me tentèrent comme le fruit d'Éden. Si le tout-puissant Adam n'y résista pas qui suis-je moi pour lutter contre ? Je penchai ma tête doucement vers elle et je m'arrêtai à quelques centimètres de son visage afin qu'elle puisse saisir le sens de mon action... Elle se mit sur ses orteils voyant que le baiser n'arrivais pas, et m'embrassa. Ce fut d'abord un baiser tendre et langoureux puis de plus en plus fougueux et passionné. Quand on repris notre souffle je remarquai un curieux qui nous regardait avec un air affable, il s'approcha et je reconnus tout de suite Herbert, l'ami que Sandra avait ridiculisé, celui-là même avec lequel j'avais pris le parie de me taper Sandra. Mon sang ne fis qu'un tour.
-Je vois bien que le Don Quichotte de service est parvenu à ses fins, dit-il en tapant des mains. Je m'incline devant ton art...
-Ecoutes l'ami, les choses ont bien évoluées depuis...
Mais lui ne m'écoutait pas et je compris qu'il était résolu à me torpiller.
-Chose promise, chose due... Je te régalerai à son restaurant pendant un mois...
-Kenny de quoi il parle ? Me demanda Sandra toute étonnée.
-Oh tu n'es sûrement pas au courant, fit Herbert en se frottant les mains...
-Non elle ne l'est pas et moi non plus, éclaire donc ma lanterne ! Tonna la voix de Rex qui voyant l'inconnu à nos côtés s'était aussi approché, Marlène sur ses talons. Évidemment il a saisi que quelque chose ne tournait pas rond et les semeurs d'embrouilles il les aime d'un amour Israélo-palestinien... l'oeil mauvais il attendait la réponse.
Herbert ne se fit pas prier constatant qu'il ya maintenant un auditoire pour assister à sa revanche car en fait il n'avait pas digérer l'affront à lui infliger par Sandra.
-Le dandy que voici nous avais promis un jour autour d'un verre de réussir là où moi j'ai échoué, c'est à dire couché avec la miss que voilà. Et on avait pris les paries. S'il réussissait, je lui paye sa consommation pendant un mois au restaurant de cette donzelle, mais s'il échouait alors c'est lui qui régale.
Au fur et à mesure qu'il parlait je vis blêmir Sandra.
-Et là continua mon pourfendeur, je les ai vu s'embrasser comme un vieux couple amoureux, j'en ai donc conclus qu'il se l'est tapé finit-il en riant...
J'eus envie de le cogner, mais je n'eus pas à m'en occuper, le bras de Rex se détendit comme un ressort et en un éclair s'abbatit sur la gueule hilare de Herbert qui fut projeter à terre beaucoup plus par l'effet de surprise du coup porté que par sa violence.
-Salaud grimaça de fureur Rex
Mais déjà Sandra se tournait vers moi le visage décomposer par la déception.
-Kenny, es-ce vrai ce qu'il raconte ?
-Ecoutes Sandra, c'est vraiment ce qui m'avais motiver à te faire la cour, mais crois-moi je me suis entiché de toi, je commence à être amoureux de toi...
-Epargnes-moi tes balivernes... fit-elle les yeux embués de larmes.
Puis elle tourna les talons et couru vers la sortie.
-Idiot me lança Marlène, elle est amoureuse de toi, elle n'avait que ton nom à la bouche... Elle me foudroya du regard et sorti à son tour. Je voulus les suivre mais Rex me retîns.
Herbert qui avait entre-temps réussi à se relever n'avais pas manquer une seule miette de la pièce. Et comme si je n'avais pas eu ma dose il osa me menacer.
-Tu auras de mes nouvelles dit-il en essuyant avec un mouchoir le sang qui suintait de ses narines... Mais déjà le videur était sur les lieux. On s'expliqua avec lui et conciliant il nous laissa retourner à notre table, mais Herbert derechef parti.
-Merci vieux fis-je après avoir vider d'une traite ma flûte.
-Dis Ken, c'est vrai que c'est comme ça que ça s'est passé ?
J'acquieçai de la tête.
-C'est mal parti alors continua t-il. Le salopard gronda t-il en se massant le point.
Je restai pensif un long moment. Et Rex devinant mes pensées me fit une tape amicale.
-T'inquiètes pas, elle comprendra si tu lui en parles.
-Tout le problème est là. Elle voudra probablement plus me voir...
-Allons, ne sois pas pessimiste.
-Je ne le suis pas mais elle a déjà connue un quidam qui l'avait planter. Et je sais que ça n'a pas été facile pour elle de s'ouvrir à nouveau... J'ai merder mec.
-Sûr! Mais n'abandonne pas si facilement mec, retourne au front et demande lui pardon. On verra bien ce qui se passera...
-Ta sans doute raison... Soupirai-je
Ce fut dans une ambiance morose qu'on fini la soirée...

_Á suivre_